Trois raisons de choisir la crémation

La crémation représente aujourd’hui près de quatre décès sur dix, ce qui représente une augmentation significative au cours des dernières décennies.

De plus en plus de personnes optent pour la crémation plutôt que pour l’inhumation traditionnelle avec cercueil, et ce pour diverses raisons, notamment une plus grande acceptation religieuse, une moindre fidélité aux coutumes familiales et une culture de plus en plus mobile.

Cet article examine trois caractéristiques clés de la crémation pour vous aider à décider si c’est le bon choix pour vous ou un de vos proches.

trois raisons de choisir la crémation

Rapport coût-efficacité

La crémation est moins coûteuse que les funérailles traditionnelles, qui impliquent la mise en cercueil et l’enterrement d’un être humain décédé après une visite/veillée et/ou une cérémonie religieuse ou laïque.

Le coût moyen national d’un enterrement en 2020 est de 7500 euros, ce qui inclut un cercueil en métal mais exclut la concession funéraire, la pierre tombale et tous les autres frais comme les fleurs ou les avis de décès.

La crémation semble être nettement moins chère.

Il est essentiel de se rappeler que la crémation n’est ni une alternative ni un rejet des funérailles traditionnelles lors du calcul des dépenses.

La crémation, en revanche, n’est qu’une option parmi d’autres pour disposer de votre corps. En d’autres termes, si vous choisissez la crémation pour vous-même ou pour une personne qui vous est chère, vous pouvez toujours organiser une veillée/visite et/ou une cérémonie religieuse ou laïque avant la crémation.

Cela signifie que, selon les articles et les services que vous choisissez, vos dépenses peuvent être supérieures ou inférieures aux moyennes susmentionnées.

Par exemple, une crémation directe, dans laquelle un corps est brûlé sans service funéraire ni présence des proches, coûte généralement moins de 1 000 euros. En revanche, une urne unique créée par un artiste peut coûter quatre ou cinq fois ce montant.

A lire aussi
Comment faire du jus sans presse-agrumes ?

Des options de service flexibles

Comme le corps humain commence à se décomposer presque immédiatement après le décès, à moins qu’il ne soit embaumé par un professionnel (ce qui ralentit momentanément la décomposition), les funérailles ou le service commémoratif en présence du corps, ainsi que l’enterrement, ont lieu assez rapidement après le décès.

Étant donné que la famille proche doit normalement planifier les funérailles et les services commémoratifs, et donner aux parents et amis de l’extérieur de la ville suffisamment de temps pour voyager, les services ont habituellement lieu de quatre à dix jours après le décès. (Toutefois, la tradition religieuse, les souhaits de la famille et une variété d’autres variables peuvent influencer le moment choisi).

Après l’incinération du corps, il n’est pas nécessaire de faire quoi que ce soit de permanent avec les restes de la crémation (les « cendres »).

Il est courant pour la famille immédiate d’organiser une visite privée du défunt et/ou d’assister au début du processus de crémation avant d’organiser un service commémoratif ou de dispersion plus important des semaines, des mois, voire des années plus tard.

Cela permet aux proches de se concentrer sur la nature immédiate de leur chagrin plutôt que sur les nombreuses subtilités nécessaires à l’organisation rapide d’un service funèbre et d’un service d’inhumation.

Respect de l’environnement

De nos jours, c’est au spectateur de déterminer si quelque chose est « vert ».

Après tout, une famille qui ne recycle que des canettes en aluminium peut être considérée comme verte par rapport à une famille qui utilise l’électricité solaire.

Si la crémation n’est pas aussi écologique que l’enterrement vert, l’enterrement naturel ou même l’hydrolyse alcaline, elle a longtemps été considérée comme plus respectueuse de l’environnement en raison de l’utilisation de liquide d’embaumement à base de formaldéhyde et de la nécessité évidente de disposer d’un terrain pour enterrer un cercueil.

A lire aussi
5 recommandations pour lire 100 livres en un an

Vous n’aurez peut-être pas besoin des services d’un embaumeur professionnel, sauf si vous prévoyez d’organiser des funérailles ou un service commémoratif avant de faire incinérer le défunt. (Et même si vous ne le faites pas, la réfrigération est une option).

De nombreux choix concernant les restes incinérés, comme les conserver dans une urne à la maison ou les disperser dans un endroit significatif, peuvent ne nécessiter aucune utilisation du sol.

Même si vous choisissez d’enterrer l’urne ou de la placer dans un columbarium, la quantité de terrain nécessaire reste inférieure à celle nécessaire pour enterrer un cercueil.