Vider la maison d’un proche décédé : l’art de gérer la succession

Sommaire

La perte d’un proche est toujours très difficile à affronter et le moment de vider la maison est souvent l’un des plus éprouvants. Ce processus nécessite de prendre le temps de faire le deuil, d’assurer les formalités administratives et le partage des biens, mais aussi d’organiser le débarras du logement. Voici les étapes clés à suivre pour mener à bien cette tâche.

1. Finaliser les papiers de la succession

Avant même d’ouvrir des cartons ou de donner un coup de balai, il faut veiller à régler les formalités liées au défunt. Si la personne était mariée ou pacsée, ce sont le conjoint survivant ou le partenaire survivant qui sont en charge des démarches. S’il était célibataire et sans testament, c’est à ses héritiers directs qu’il revient de prendre les décisions concernant les biens du défunt. Pour en savoir plus sur le partage des biens après le décès et sur l’identification des héritiers, vous pouvez consulter les articles sur www.service-public.fr/particuliers.

2. Nettoyage et désinfection

Si la personne est morte à l’intérieur du bien immobilier, il sera nécessaire de faire appel à une entreprise spécialisée pour effectuer un nettoyage et une désinfection des locaux afin d‘assurer la santé et la sécurité des occupants éventuels du futur logement. Les tarifs sont variables selon la surface à traiter et le type de nettoyage nécessaire.

3. Faire un inventaire des objets

Le débarras réel ne peut commencer qu’une fois que l’on connaît précisément le contenu du logement. On peut alors procéder à son tri (conserver / jeter / donner) et se mettre d’accord avec les autres héritiers pour le partage des biens si nécessaire. Cela permet également d’avoir une idée précise sur ce que l’on peut vendre pour récupérer un petit bénéfice et ainsi compenser partiellement les frais liés au défunt (pompes funèbres, assurances…).

vider la maison proche décédé gérer la succession

4. Vendre ou occuper le bien immobilier

Une fois que toutes les formalités administratives et le partage des biens ont été finalisés, on peut alors se pencher sur une possibilité plus concrète : vendre ou occuper le bien immobilier. Si on choisit de vendre, une estimation préalable du bien sera nécessaire pour ne pas se retrouver avec un prix trop bas par rapport au marché local. Dans l’optique d’occuper la maison, on peut demander un prêt relais afin de financer les travaux nécessaires et aménager le bien immobilier.

A lire aussi
120 vœux pour l'anniversaire de votre fils

5. Répartir ce qui ne sera pas gardé

Pour éviter que tous les objets qui ne seront pas conservés soient jetés à la poubelle, il est possible de les vendre sur des sites spécialisés (ex: LeBonCoin, eBay, France Enchères) ou simplement donner aux associations caritatives qui revendent ces objets pour financer leurs activités sociales (ex: Emmaüs).

6. Avoir recours aux entreprises de débarras

Si on n’est pas en mesure de vider soi-même le logement de son proche, on peut faire appel à une entreprise spécialisée dans ce service qui se chargera non seulement du tri et du transport des objets mais aussi parfois de la vente des meubles . Certains fournissent un devis gratuit et proposent des tarifs très abordables si l’on fait appel à eux pour le transport des objets en même temps que pour le débarras proprement dit.

7. Se faire accompagner par sa famille ou ses proches

Vider la maison d’un proche peut être très éprouvante physiquement et psychologiquement et il est important de ne pas se sentir seul face à cette tâche qui demande beaucoup d’organisation et peut également être source de disputes entre héritiers ou membres de la famille ayant formulée des souhaits différents quant aux biens du défunt. Pour éviter cela, il est recommandable que chacun trouve son rôle au sein de la famille (organisation, vente des objets, listes…) et qu’on s’entraide mutuellement afin que la charge soit plus facilement supportable.

Vider la maison d’un proche décédé est une tâche complexe qui demande beaucoup temps et attention pour être menée à bien. Les points cités ci-dessus doivent être respectés afin que chacun puisse retrouver paix et tranquillité sans se retrouver confrontés à des complications inattendues liées par exemple au non respect des procédures administratives ou à un manque d’accord entre héritiers quant aux biens du défunt.

A lire aussi
Freelance : comment générer des leads via LinkedIn ?

Bien évidemment, même si certaines choses doivent être faite rapidement après un décès pour éviter tout problème supplémentaire, il ne faut pas oublier non plus prendre soin de soi en prenant suffisamment de temps pour chaque étape et ne pas hésiter à demander l’aide nécessaire si on en ressent le besoin !