Comment protéger les livres de l’humidité ?   

L’humidité est un véritable fléau pour les livres.

De la bibliothèque de France aux simples lecteurs occasionnels, tous ceux qui ont des ouvrages en papier ont intérêt à les protéger d’une hygrométrie trop agressive et de la moisissure qu’elle apporte.

Découvrez quelques gestes pour préserver les encyclopédies, brochures, magazines et autres éditions de poches.

Conserver ses livres en enlevant la moisissure

L’idéal serait d’éviter la formation de moisissure sur vos livres.

Pour empêcher ces champignons microscopiques de proliférer entre les pages, le mieux serait de régler l’hygrométrie de la pièce. Les chancissures ne peuvent pas se développer sans une humidité qui leur est favorable.

Si possible, placez la bibliothèque ou l’étagère loin de la salle d’eau ou de toute sorte de condensation. Prenez la peine de dépoussiérer vos livres régulièrement. Vous verrez, c’est encore plus rapide avec un aspirateur.

Si en dépit de vos efforts, la moisissure atteint un livre, commencez par l’isoler des autres. Emballez l’ouvrage dans du papier kraft. Ce carton va absorber l’humidité indispensable aux champignons.

Une astuce plus expéditive consiste à intercaler les feuilles de papier de soie imbibé d’alcool 95 °. Placez cet absorbeur tous les 10 pages et vérifiez le résultat au bout de deux semaines. Lorsque l’ouvrage est sec, vous pouvez la brosser à l’extérieur de la maison pour ne pas rependre les spores chez vous.

protéger les livres humidité

L’alcool 95 ° ou éthanol pur à 95 % peut effacer certains types d’encre. Pour ne pas prendre de risque, contentez-vous de tamponner l’humidité et la moisissure avec une boule de papier kraft.

C’est encore mieux si vous avez du buvard sous la main. Une alternative revient à brosser les champignons avec un pinceau à poils naturels. Ces deux méthodes sont recommandées si les traces couvrent une faible surface et ne virent pas au brun foncé.

A lire aussi
Où assurer mon box de stockage ?

Les grand-mères ont utilisé du talc contre la moisissure. Saupoudrez les pages infectées de ce produit pour bébé. Il met quelques jours à agir sur les colonisateurs microscopiques.

Brossez au bout d’une semaine. Les anciens ont aussi essayé la fécule de maïs, le bicarbonate de soude ou bien le savon de selle.

Une solution plus exotique consiste à vaporiser de l’essence de clou de girofle sur toute la bibliothèque.

Utiliser les absorbeurs d’humidité

L’absorbeur d’humidité épargne les livres des champignons hygrophiles.

Il permet en même temps d’assainir l’air que vous respirez à la maison. Sachez tout de même que ce dispositif ne fait que réguler la quantité de gouttelettes d’eau en suspension dans l’atmosphère.

Il devient inutile si c’est le toit qui fuit directement sur la bibliothèque. Cet équipement s’avère également inefficace s’il y a une importante remontée depuis le sol.

L’absorbeur d’humidité montre de l’efficience dans une pièce mal aérée. Il parvient à préserver les livres dans les grandes bibliothèques.

D’ailleurs, le fonctionnement reste assez simple. Le dispositif retient l’eau en suspension grâce à des sels minéraux.

À la base de cette technologie, le chlorure de calcium a un pouvoir absorbant reconnu, mais ce produit est irritant.

Pensez à prendre les précautions au moment de vider le bac de saumure. Portez des gants de protection lors de cet entretien indispensable.

D’autres absorbeurs d’humidité fonctionnent grâce au gel ou des pastilles.

Ils ont un format compact pour pouvoir se poser sur les étagères et préserver vos livres des ravages d’une hygrométrie mal calibrée. Un seul de ces dispositifs suffit pour conserver toute une collection d’ouvrages.

Les fabricants proposent aussi du papier absorbant dans le pack.

Enfin, les déshumidificateurs spécialement conçus pour les bibliothèques sont disponibles sur le marché. Leur prix reste abordable. De plus, vos livres valent bien cet investissement.