Comment mettre fin à la précarité menstruelle ?

La précarité menstruelle est un sujet souvent entouré de tabous. Bien qu’une femme sur trois en souffre à un moment ou à un autre de sa vie, il est encore très difficile d’en parler ouvertement.

Mais il est temps de briser le silence, car la précarité menstruelle est un problème réel et sérieux.

Cet article explore les moyens de surmonter la précarité menstruelle, tant au niveau personnel que sociétal. Poursuivez donc votre lecture si vous souhaitez en savoir plus sur ce sujet important.

Sujet d’actualité ou tendance générationnelle, la lutte contre la précarité menstruelle n’en reste pas moins un problème contemporain, vécu par des millions de jeunes femmes et de jeunes filles au quotidien dans le monde.

Mais pourquoi parle-t-on de « précarité » menstruelle ?

Quelles sont les solutions durables pour que « toutes » puissent avoir à des protections périodiques gratuites ? C’est ce que nous allons voir dans cet article.

pourquoi les protections hygiéniques devraient être gratuites

Pourquoi les protections hygiéniques devraient être gratuites ?

Pour changer les mentalités autour des menstruations

En France et partout dans le monde, des millions de femmes souffrent de précarité menstruelle. En reconnaissant l’hygiène menstruelle comme un droit fondamental, les associations espèrent que les règles de femmes ne soient plus des tabous honteux ou embarrassants.

Pour certaines femmes, trouver une protection périodique pour gérer au mieux leur hygiène menstruelle est un véritable défi.

Cette difficulté éprouvée par certaines femmes à avoir accès à un besoin aussi basique que des services hygiéniques va à l’encontre même des droits de l’homme et fait obstacle à l’égalité des genres.

Ces associations veulent donc normaliser ce phénomène au sein de la société en démocratisant les solutions déjà existantes.

A lire aussi
Le CBD et le sport

Pour réduire les inégalités face à l’achat de protections menstruelles

La démocratisation des protections menstruelles et des protections urinaires dont on parle dans le point précédent n’est possible que grâce au libre service.

En France par exemple, 3 femmes sur 10 ne peuvent pas s’acheter un tampon ou une serviette hygiénique (rappel : les tampons coûtent entre 2.60 € et 4.5 € et il faut mettre entre 1.49 € et 5.90 € pour des serviettes).

Les étudiantes françaises par exemple, font parties de ces personnes à faibles revenues qui connaissent des difficultés financières récurrentes, au point que certaines sont obligées d’avoir recours à de l’aide extérieure pour s’acheter leurs propres serviettes hygiéniques.

La gratuité des protections menstruelles est donc plus que jamais au cœur des débats et préoccupe les associations de lutte contre la précarité menstruelle dans le monde.

Le but étant de donner aux femmes l’accès à des protections menstruelles gratuites.

Où trouver des protections hygiéniques gratuites ?

De nombreuses solutions ont été développées pour les protections menstruelles de la femme : tampons, serviettes hygiéniques jetables, culottes hygiéniques lavables, etc…

Certains pays comme l’Ecosse ont déjà commencé à distribuer gratuitement ces protections hygiéniques. D’autres ont choisi de rembourser les protections urinaires.

En France, les initiatives en faveur de la lutte contre la précarité menstruelle restent timides et localisées dans le secteur privé.

Toutefois, depuis le 23 février dernier, le Ministre de l’Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, a annoncé la mise à disposition gratuite de ces produits d’hygiène dans les CROUS, les résidences universitaires et les services de santé universitaires en France.

Les étudiantes pourront ainsi bénéficier de distributeurs de protections hygiéniques gratuites et respectueuses de l’environnement.

Les étudiants bénéficient d’un accès gratuit aux protections menstruelles pour lutter contre l’insécurité menstruelle.

Les effets de la crise sanitaire actuelle sont plus durement ressentis par les jeunes, mais les étudiantes sont particulièrement touchées.

A lire aussi
CBD et THC : quelles sont les différences ?

Confrontées à un avenir incertain en raison de leurs règles, elles pourront bientôt bénéficier de protections gratuites dans les résidences universitaires et les établissements SSU dès la prochaine année universitaire !

Les points de distribution de ce nouveau programme seront opérationnels sur tous les campus peu après cette date.

Il sera donc assez facile de trouver ce dont vous avez besoin, que votre campus ne soit pas inclus ou qu’il y ait un autre endroit à proximité où les fournitures pourraient mieux convenir à vos besoins.